Pèlerinage à Lisieux 2018

Merci à Jules Focant pour les photos.

This slideshow requires JavaScript.

Merci à Bénédicte pour son témoignage:

Lisieux – Alençon – Caen –   9 au 12 avril 2018.

Par Bénédicte de Villenfagne

Comme pour un voyage scolaire, le car ramasse les pèlerins aux différentes étapes : Arlon, Ciney, Namur… et nous voilà en route vers la Normandie, Thierry est au volant. Pour certains, c’est leur premier voyage avec l’asbl Ste Thérèse de Namur, pour d’autres ce sont des retrouvailles. Au programme : Lisieux et Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, Alençon et les Saints Louis et Zélie Martin, ses parents et enfin Caen avec Léonie la sœur rebelle de Thérèse.

Quelques présentations, quelques prières et les premières blagues jalonnent notre route jusqu’en Normandie avec ses brumes matinales, ses vertes prairies, un coin de ciel bleu, les vaches à lait et les troupeaux de brebis, sans oublier les magnifiques bâtisses à colombages et …. le pont de Normandie.

Une date ! 9 avril, voilà 130 ans que la petite Thérèse est entrée au Carmel à 15 ans, et pour nous commencent 4 journées intensives de visites et de prières.

Des religieuses nous accompagnent en nombre ainsi que 3 prêtres.  C’est l’Abbé Joseph Bayet, sans se défaire de son chapeau ni de sa voix grave, qui animera le pélé sans oublier sa distribution de « boubounes », une vitamine pour la route et la bonne humeur !

Les visites intéressantes se suivent sans traîner depuis les laudes jusqu’aux vêpres avec une eucharistie et des dizaines de chapelet pour confier nos si nombreuses intentions :  la châsse de Ste Thérèse, la maison des Buissonnets, la voix de la petite Thérèse dans l’escalier à Alençon qui appelait « Maman, Maman » comme quand Zélie terminait ses travaux de dentelière au coin du feu, la basilique, le monastère des Visitandines….

Au fur et à mesure des jours qui passent et du vin rouge à table, les visages se dérident, des nouvelles amitiés se nouent, les talents se partagent comme Rosa qui nous apprend chants et gestes dans la joie pour une eucharistie en mouvement, ou la sœur brésilienne empoignant sa guitare pour entonner le chant avant le repas, à en faire trembler les murs : « Resuscito », oui il est vraiment ressuscité alléluia !

Il y a aussi Jean comme plusieurs pèlerins d‘âge très respectable avec des tonnes de blagues à raconter, Jean-Marie le volontaire désigné pour rédiger le compte-rendu du voyage, les sœurs de Beauraing pour les lectures, d’autres jubilaires et passionnés qui nous partagent leurs sujets d’intérêt ainsi que la jeunesse et les sourires venus d‘Afrique. De repas en balades, nous formons une belle famille et ponctuelle !

Merci  à Carine pour les préparatifs et à Marie, ma compagne de chambrée. Par un doux hasard, nos personnalités s’accordaient dans la complémentarité et une bienveillance mutuelle, ce fut un enrichissement et un plaisir mutuel, sources aussi d’un bon sommeil si précieux !

Après la maison familiale à Alençon, une délicieuse « bavette à l’échalotte » au Normandy à midi, nous reprenons la route.

Caen chez les Visitandines pour notre photo de groupe et ….  notre dernière étape pour nous recueillir auprès du tombeau de Léonie, l’enfant terrible de la famille Martin.  En voie d’être sainte, elle est déjà bien à l’œuvre pour secourir les parents qui désespèrent de certaines situations, tous les jeunes rebelles et enfants en difficultés familiales, scolaires, ou avec eux-mêmes, elle les comprend si bien !  Dans la froide crypte, nous déposons nos lourds fardeaux et un flot d’intentions dont elle prendra bien soin. Après quelques achats incontournables et un rapide passage aux toilettes, nous rentrons à l’Ermitage.

Temps libre le dernier jour et un bon Calva pour la sieste,  « c’est Byzance ! », voilà déjà que cela sent le chemin du retour, il est l’heure aussi du partage financier avec nos frères chrétiens d’Orient. Le car se remplit de rosiers, d’objets bénis, de saints livres,  de statuettes de la vierge au sourire entre les sacs et les valises.  Suivra un dernier chapelet de blagues de curés aux accents chantants de leur Wallonie natale, trop sympathique ! Dernière autoroute, dernière pluie, les pèlerins s’en retournent partager les grâces reçues et témoigner de la sainteté de la famille Martin à leur famille et amis.

 

Merci à Jean-Marie pour son témoignage:

LISIEUX 2018

« Aimer c’est tout donner »(Sainte Thérèse). Et ils ont tout donné les organisateurs -pèlerins de l’asbl Sainte Thérèse Citadelle : du départ ce 09 avril à 09h30 jusqu’au retour à 20h le jeudi 12!

Car l’exactitude, politesse des rois, dit-on, fut aussi celle des membres du groupe de pèlerins… fortement  encouragés par notre animateur « étoilé » , 

l’abbé Joseph Bayet, qui  à coups de « boubounes » entretenait le moral des troupes. Cela a permis un maximum de visites et d’enseignements à propos de Sainte Thérèse et de la famille Martin.

Le pèlerinage débute dans le car grâce à un livret où tout est détaillé pour chaque jour à vivre ensemble, merci à Carine!

Dès le deuxième jour, discrètement encadrés par Myriam et Philippe, nous allons ainsi découvrir l’étonnante spiritualité de Thérèse et de sa famille mais aussi vivre la prière en groupe à la chapelle de l’ermitage ou avec les sœurs carmélites à la chapelle du Carmel.

Pour les néophytes, c’est interpellant: le musée, la tombe, les Buissonnets, la cathédrale et la majestueuse basilique… chaque fois avec visites guidées par des personnes compétentes.

Oui…elle est toujours vivante et de là-haut la Sainte continue sa mission: à nous de prendre son chemin, celui de « la petite voie ».

Nous allons maintenant, au troisième jour, remonter le temps: Alençon et Caen. Visite de la maison natale de Thérèse qui aide à comprendre son entourage familial : Zélie et Louis Martin, ses saints parents, ainsi que ses sœurs dont Léonie qui entrera finalement à la Visitation à Caen.

Un parcours sinueux pour Léonie mais Sœur Françoise-Thérèse ( c’est son nom en religion) la « servante inutile » continue à soutenir les familles et les jeunes qui doutent: adultes, confions -lui nos enfants ! Ce n’est pas pour rien que son nom fait référence à sa Sainte Sœur. Sa cause de béatification est actuellement introduite à Rome.

Après ce passage devant la tombe de Léonie à Caen, voici déjà hélas le temps de penser au retour du lendemain !

Le jeudi 12, après la messe agrémentée par nos choristes improvisées mais patentées (merci à elles ) et un temps libre fort apprécié par tous…c’est le retour vers Namur grâce à notre compétent chauffeur expérimenté et zen !

Encore merci à tous les membres dévoués de l’asbl qui vous fixent un rendez-vous important pour se revoir : le mardi 15 mai à 18h, à la chapelle de Sainte Thérèse (restaurée récemment) avenue Jean I er, citadelle de Namur!

« Moi aussi après ma mort, je ferai pleuvoir des roses » a écrit Thérèse, docteur de l’ Eglise, merci à Sainte Thérèse car les roses ont plu (!) et l’abbé en aura…comprenne qui pourra !

Le mot de la fin à méditer est de la Sainte :  « Je compte bien ne pas rester inactive au Ciel »  .

Jean-Marie Chauvier.